La pollution numérique : qu'est-ce que c'est ?

Dans le contexte actuel de réchauffement climatique, le terme de « pollution numérique » revient de plus en plus fréquemment. Mais de quoi s’agit-il exactement ?
Comme chacun le sait, nos équipements numériques (ordinateurs, smartphones, tablettes, etc.) consomment de l’énergie pour être créés, pour fonctionner et pour être recyclés. Cette consommation d’énergie peut sembler raisonnable, mais elle n’est que la partie émergée de l’iceberg.

En effet, tout ce qui se fait au moyen d’Internet pollue. Chaque recherche sur Internet, chaque mail envoyé ou même reçu, chaque document stocké sur le Cloud* fait fonctionner d’autres machines (des serveurs) qui consomment à leur tour de l’énergie. A l’heure actuelle nous utilisons plusieurs millions de serveurs qu’il faut alimenter 24h/24 et 7j/7, et ce nombre ne cesse d’augmenter.

Le simple fait d’envoyer un mail équivaut au minimum à 7 grammes de CO2 rejetés dans l’air, et jusqu’à 25 grammes pour les plus lourds avec pièces-jointes. Multiplié par le nombre de mails envoyés par jour et par personne dans le monde, cela représente une consommation d’énergie non négligeable.

A savoir également que le stockage d’un mail dans une boîte mail, même s’il n’est pas consulté, consomme de l’énergie, car les serveurs tournent en permanence pour faire exister le mail et vous permettre de le consulter n’importe quand. C’est la même chose pour les documents qui sont stockés dans le Cloud*. De plus, certaines grosses entreprises stockent vos données en double sur des serveurs différents pour plus de sécurité, ce qui multiplie par deux l’impact du stockage de ces données.

Au-delà de l’envoi et du stockage de vos données, l’utilisation de services en ligne comme le visionnage d’une vidéo sur Youtube, le fait d’écouter sa chanson préférée sur Deezer, de regarder un film sur Netflix, ou de poster des messages sur les réseaux sociaux fait fonctionner des serveurs.

De nos jours il est évidemment difficile de se passer de nos équipements numériques et d’Internet, cependant, il est nécessaire de prendre conscience de notre impact individuel lors de leur utilisation.

Il est tout de même possible d’agir à notre échelle en prenant de bonnes habitudes comme :
  • trier ses boîtes mail régulièrement ;
  • se désinscrire des newsletters que nous ne lisons pas ;
  • éteindre ses appareils électroniques plutôt que de les laisser en veille ;
  • utiliser un moteur de recherche écoresponsable ;
  • réduire autant que possible son utilisation des équipements numériques ;
  • etc.


*Cloud : service permettant de stocker des données sur des espaces virtuels que nous ne possédons pas matériellement.
Mis à jour le  21 août 2019